Articles marqués “Le travail 2.0”

«Inventer» son propre travail. L’idée est assez forte pour rebuter les moins téméraires d’entre nous. Mais le monde (du travail) a tellement changé que les jeunes doivent le réinventer. C’est l’idée, en substance, que développe l’intellectuel français Michel Serres dans son essai Petite Poucette , dans lequel il explique le rôle prépondérant des nouvelles technologies dans ce processus. «Actuellement, on a accès au savoir sur n’importe quel appareil connecté à Internet, c’est pourquoi notre bagage de connaissances est moins important que notre capacité à exploiter ce que l’on sait. L’aptitude à innover ainsi que les compétences comme l’analyse critique, la communication et l’esprit d’équipe sont bien plus précieux que les connaissances théoriques», a expliqué au New York TimesTony Wagner, spécialiste de l’enseignement à Harvard.

Aujourd’hui, «trouver» un travail n’est plus aussi simple qu’auparavant. Désormais, les emplois bien payés et hautement qualifiés ont supplanté les métiers intermédiaires qui exigent davantage de compétences, peuvent être exercés par un plus grand nombre de personnes ou deviennent obsolètes extrêmement vite. «Il y a aujourd’hui de nombreuses carrières traditionnelles qui disparaissent», explique Tony Wagner.

Le Web, et ce qu’il apporte, est donc un atout indispensable à l’épanouissement professionnel. «Sur le Web, tout est en accès libre. N’importe qui peut savoir ce qu’il veut, quand il veut. Et aussi créer ce qu’il souhaite. On constate donc qu’il y a de plus en plus de profils qui se spécialisent grâce au Web», explique Laurent Brouat, consultant en recrutement et cofondateur du cabinet Link Humans. On observe de plus en plus de jeunes adeptes du Web qui développe leurs compétences, et qui se marketent eux-mêmes. «Cela nécessite une certaine maturité individuelle et une aisance avec les outils du Web», précise Laurent Brouat.

Pierre-Gaël Pasquiou, par exemple, fait partie intégrante de ces jeunes qui ont su se démarquer grâce au Web. «À partir d’une passion – la gastronomie et la nourriture -, il a su tirer profit de la liberté d’Internet en créant les contenus de son choix, en apportant et en partageant toutes ses connaissances sur le Web. Son blog Gourmands 2.0 compte aujourd’hui 40.000 visiteurs uniques, et cela lui a ouvert des portes», raconte Laurent Brouat.

Côté enseignement aussi, il faut s’adapter, en plaçant l’innovation au cœur du système scolaire. «L’objectif de l’enseignement ne doit plus être de préparer tous les enfants à l’université, mais plutôt de leur apprendre à innover, afin qu’ils soient prêts à valoriser leur activité quelle qu’elle soit», explique Tony Wagner. Un sentiment partagé par Laurent Brouat, qui estime que le coaching et le mentorat doivent avoir davantage de place dans l’enseignement pour sensibiliser les jeunes sur l’importance du Web pour se construire une carrière professionnelle. «Nous allons mettre en place un cursus sur le modèle de l’école 42 fondée par Xavier Niel, pour un groupe de 10 étudiants en RH. Ils suivront des cours innovants, via Google Hangout – logiciel qui permet de réunir une dizaine de personnes en conférence vidéo!», explique Laurent Brouat.